Autobiographie

L’autobiographie est un genre littéraire très ancien, même s’il a été nommé comme tel au XVIIIe Siècle. Il s’agit de partager un récit de soi, de l’ordre du vécu personnel et intime. Le terme a des racines grecques : écrire (graphè, graphie) sur sa propre vie (auto, soi ; et bios, vie), il concerne l’écriture. Mais on peut légitimement l’utiliser pour décrire des films, dès lors que l’on considère le cinéma comme une écriture. D’ailleurs, régulièrement les films autobiographiques sont réalisés par une seule personne (Alain Cavalier, Dominique Cabrera, Joseph Morder, Jonas Mekas...). Certains de mes films relèvent de ce genre. C’est une pratique que je transmets aussi dans le cadre pédagogique, car l’enregistrement du mouvement de la pensée, plutôt que d’un récit chronologique préparé, amène à des découvertes de soi, des autres, et de soi-même à travers les autres. C’est souvent d’une grande richesse.

Contenus liés à Autobiographie

Un film collectif, initié et agencé par Benoît Labourdette (1h01’, 2009-2020).

Regardez par la fenêtre de chez vous, et pensez à un souvenir important. Ce film collectif est composé de 44 vidéos (parmi 500 réalisées) tournées par des personnes en France, en Algérie et en Tunisie, entre 2009 et 2013, dans le cadre d’ateliers (...)

Benoît Labourdette est cinéaste, pédagogue, expert en nouveaux médias, en innovation culturelle et chef d’entreprise. Il est né en 1970. Il a entre autres fondé les projections Court Bouillon (1988-1997), le centre de production vidéo de l’Université (...)

Projection du film « Hôtel Barcelone » de Benoît Labourdette (4’48, 2012). Le 28 septembre 2013. Le film a obtenu le prix Marguerite Duras. Le jury était constitué de : Vincent Dieutre (cinéaste), Zoé Chantre (plasticienne), Nicolas Thévenin (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’53s, 2016).

Comment un amour passé se dissout dans les amours présentes.

La Cinémathèque de Martigues propose une programmation de films de Benoît Labourdette. « Du sensible à la caméra » Programme de films de Benoît Labourdette, du 1er au 15 avril 2017, dans le cadre de l’exposition « Des films plein les poches ». Texte de (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’56s, 2019).

Un lieu visité aujourd’hui, vide, où j’ai vécu tellement de choses il y a bien longtemps.

Du point de vue de la perception, un film n’est qu’une illusion formée par notre cerveau à partir de stimuli visuels et auditifs. Des images vues peuvent produire des sons et vice-versa. Chaque personne construit mentalement un film différent à (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’50s, 2016).

Souvenir et culpabilité d’un père vis à vis de son fils.

Un film de Benoît Labourdette (2’46s, 2013).

J’ai failli mourir en transgressant les règles pour suivre mon désir. Cela ne m’a pas rendu plus raisonnable.

Un film de Benoît Labourdette (6’28s, 2016).

Souvenir de la présence de la personne aimée perdue, dans une chambre d’hôtel ensablée.

Projection hors compétition du film « Le baiser 1234567 » de Benoît Labourdette (13’, 2013). Le « Olonne Film Festival » est un événement de grande qualité autour du cinéma autobiographique. J’étais en 2015 membre du jury du Festival, aux côtés de : (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’37s, 2016).

Un lieu, où réside le souvenir d’un basculement dans la vie.

Un film de Benoît Labourdette (2’56s, 2017).

Quand la poésie intime devient publique.

Un film de Benoît Labourdette (2’20s, 2015).

Un désir frustré depuis l’enfance, qui semble enfin s’ouvrir.

Un film de Benoît Labourdette (5’09s, 2018).

Un film peut être comme un objet spirituel, philosophique, un texte qui accompagne notre vie et nous apprend de nouvelles choses à chaque fois qu’on le regarde.

Un film de Benoît Labourdette (2’22s, 2019).

Comment la vie, même dans ses moments les plus douloureux, peut nous montrer le chemin de l’amour.

Un film de Benoît Labourdette (2’48s, 2013).

Cette vieille maison et cette pluie me font me rappeler d’un moment, quand j’étais enfant dans une salle de classe...

Panorama de mes démarches de création cinématographique de 1997 à 2017, en relation avec les évolutions technologiques, et réalisation d’un film « mental ». Dans le cadre d’une journée d’étude intitulée « Les récits de soi. Outil et dispositifs du Je à (...)

Un film de Benoît Labourdette (8’50s, 2013).

La visite d’un appartement parisien vide, où plusieurs personnes ont vécu successivement. Émanations de mémoire des artistes Sophie Calle et Boris Lehman.

Un film de Benoît Labourdette (4’44s, 2012).

Autofiction sur un adultère.

Projection hors compétition du film « Le sac à dos de Brahim » de Benoît Labourdette (5’04s, 2016). Le « Olonne Film Festival » est un événement de grande qualité autour du cinéma autobiographique. En 2016, après la projection de ce film, j’y ai animé une (...)

Un film de Benoît Labourdette (3’34s, 2016).

Lecture des derniers paragraphes de « À la recherche du temps perdu » de Marcel Proust. Liens entre littérature, peinture et mouvement.

Le 5 décembre 2013, au cinéma Renaissance à Fontenay-le-Comte, soirée carte blanche au Festival OFF, avec la projection de : Grandir, de Dominique Cabrera. Films primés au Festival OFF 2013 : Faites attention aux amis (Rémi Douence). Je ne suis pas (...)

Un film de Benoît Labourdette (2’59s, 2016).

Le grenier d’une vieille maison, qui recèle un enseignement imprévu.

Un film de Benoît Labourdette (1’04s, 2013).

Je m’étais toujours senti coupable de la première fois que j’avais triché en classe. Plus maintenant.

Interview de Benoît Labourdette au sujet de l’autoportrait, dans « Éclairs », la revue numérique d’Écla (avril 2016). Lien vers l’article sur le site de la revue Éclairs : http://eclairs.aquitaine.fr/se-mett... « Se mettre à nu » (interview de Benoît (...)

Le quotidien Ouest France a proposé un article sur la projection « Kaléidoscopes » aux Sables d’Olonne le 15 janvier 2015. http://www.ouest-france.fr/faire-vi... L’articleFaire vivre le cinéma hors les murs L’association Petite lanterne organisait, (...)

Tous les tags