Utilisation pédagogique de la plateforme « Par ma fenêtre »

Activité culturelle coopérative à visée pédagogique.
18 mai 2020. Publié par Benoît Labourdette.
Temps de lecture : 3 min  

Exploiter la plateforme vidéo « Par ma fenêtre » dans le cadre pédagogique pendant et après le confinement : retisser du lien et des apprentissages par le biais de la créativité audiovisuelle partagée.

Par ma fenêtre

« Par ma fenêtre » est l’une des nombreuses propositions culturelles lancées pendant le confinement. Je l’ai ouverte le 1er avril 2020. Le principe est très simple : Filmez ce que vous voyez au travers d’une fenêtre de chez vous, et racontez un souvenir important.

Choisissez un souvenir important dans votre vie, qui vous semble pouvoir être enrichissant pour les autres. Riche d’enseignement, de profondeur humaine, de joie, de rires ! Pensez non pas à vous, mais à ceux qui vont vous écouter. C’est pour eux que vous vous souvenez et que vous racontez, pour leur offrir quelque chose de précieux que vous avez en vous. Un film, c’est comme un cadeau.

La simplicité du dispositif a autorisé bien des personnes qui n’avaient jamais fait de film auparavant à prendre ce temps, à le rendre précieux pour elles-mêmes et pour ceux qui regardent leurs films. Les expériences qui furent vécues par les participant.e.s, selon les nombreux retours, furent fortes et constructives, de lien à soi-même et aux autres.

Je propose cette idée dans le cadre d’ateliers depuis 2009 (plus de 1500 films réalisés). Cela s’est naturellement imposé pour s’incarner à distance pendant le confinement. Cette plateforme restera en ligne et continuera à accueillir de nouveaux films. En savoir plus sur le projet.

Usage pédagogique

Un certain nombre d’enseignants se sont saisis de l’initiative dans des objectifs pédagogiques, et en particulier ceux de l’option cinéma du Lycée Rotrou à Dreux, emmenés par Thierry Méranger en y construisant un projet spécifique « WIND(ow) ».

Comment assurer un suivi pédagogique alors que les élèves sont à distance ? Et comment « Par ma fenêtre » peut en être l’un des outils ?

Voici les concepts et les pistes concrètes pour une utilisation pédagogique de cette plateforme, tels que mis en œuvre pendant le confinement :

  • Le principe est de proposer d’abord à un groupe restreint d’élèves, ainsi qu’à des personnes « référentes » de réaliser des films sur ce principe, et de les publier sur la plateforme, puis de partager les liens vers les films lorsqu’ils sont publics. Le fait de voir les films des autres encourage et fait se sentir capable, car les films sont à la fois très forts, car intimes, et simples à faire.
  • « Présenter aux élèves le projet comme une alternative ou une substitution aux projets collectifs d’année et à leurs projets individuels. » (Thierry Méranger).
  • Ne pas positionner la proposition dans un cadre d’évaluation, mais dans un cadre de partage, qui, grâce à la distance, se fait non seulement entre les élèves, mais avec les enseignants, qui eux-mêmes font des films, ainsi que des cinéastes, ou autres personnes référentes, qui répondent à l’appel, qui s’y risquent aussi.
  • « Je n’ai pas prononcé le mot devoir mais je leur ai demandé de le faire, sans parler de note ni d’évaluation. En ce sens, la présence des aînés, et des cinéastes en particulier, visait aussi à souligner l’attractivité du projet et à améliorer le moral (fort malmené) des troupes en début de confinement. » (Thierry Méranger)
  • La bienveillance, le non jugement par des critères, mais l’ouverture à ce que l’on reçoit, tout simplement, de chaque film, c’est à dire un changement de posture de l’enseignant dans ce cadre, est l’une des clés de la réussite du projet. Si ces films étaient des objets « scolaires », destinés à produire une évaluation par rapport à des critères, ils perdraient leur sens.
  • « Nous commentons les vidéos au fur et à mesure de leur publication. » (Thierry Méranger)
  • Le contexte qui fait que des personnes non soumises au jugement scolaire fassent aussi des films donne un cadre qui « met la barre haut », qui positionne leur sens bien au delà du contexte scolaire.
  • « Les anciens sont arrivés dans un second temps, via notre page Facebook qui est un bel outil faisant pour nous le lien entre les générations. Leurs films, souvent plus libres, ont réellement servi de déclencheurs pour ceux qui ne s’étaient pas encore décidés ou étaient en mal d’inspiration. » (Thierry Méranger)
  • Le fait que les films soient adressés, via wetransfer par exemple, directement à l’enseignant, crée un lien, une adresse, qui incarne et autorise. Puis il doit être transmis à l’animateur de la plateforme, Benoît Labourdette (benoit benoitlabourdette.com), avec qui il faut se mettre en lien préalablement pour poser le cadre de coopération.
  • Avant leur mise en ligne, les films sont techniquement « lissés » (niveau sonore, cadrage des images, conformité technique, choix de la vignette) des mots clés leurs sont affectés, un synopsis est écrit : ils sont valorisés, mis sur un pied d’égalité, quelle que soit leur origine.
  • Les films sont placés dans un écrin, qui permet de recevoir toute la valeur qu’ils recèlent. Cela produit un cercle vertueux, qui fait monter naturellement le niveau d’exigence, et rejoint donc directement les objectifs de l’enseignement.

Merci à Thierry Méranger pour ses retours d’usages de la plateforme « Par ma fenêtre ».

A quoi sert la culture ? Qu’est-ce que le cinéma ? Va-t-on retourner dans les lieux culturels ? Faut-il repenser les propositions culturelles pour les adapter ? Mais les adapter à quoi et comment ? Ce sont des questions fondamentales qui se posent aujourd’hui aux acteurs du domaine culturel (comme dans bien d’autres domaines...). Dès le début du confinement en mars 2020, de nombreuses initiatives et alternatives à distance ont été inventées. La pratique culturelle d’après-confinement sera, peut-être, bien différente de celle d’avant. Quoi qu’il en soit, dans la période de transition, les lieux culturels (...)