Tag : Ecriture

Pourquoi utiliser un logiciel spécifique pour écrire un scénario ? Un scénario de film rentre, le plus souvent, dans une présentation standardisée, qui se résume à quelque chose de très simple : une page = 1 minute. Une page de scénario contient : les (...)

Au départ des questions Qu’est-ce qu’on documentaire ? Un regard sur le réel ? Une rencontre entre un cinéaste et une réalité ? Quelle est la valeur d’un documentaire ? Dans la qualité de la spontanéité, la vérité, de cette rencontre ? Spontanéité et (...)

L’une des premières difficultés d’écriture du scénario est la construction macroscopique, c’est à dire le sens général de la narration. Oublions Syd Field Il existe, bien entendu, la fameuse « Structure en trois actes », chère à Syd Field (cf. son livre (...)

Scrivener est sans doute aujourd’hui le meilleur logiciel pour écrire un scénario. Découverte synthétique de cet outil. Pourquoi un logiciel spécifique pour écrire un scénario ? Pourquoi aurait-on besoin d’un logiciel spécifique pour écrire un scénario (...)

Un usage très simple du téléphone portable peut donner un coup d’accélérateur au travail d’écriture de scénario. Dans bien des domaines on fabrique des prototypes, qu’on peut aussi nommer brouillons, schémas, wireframes, mockups... Le prototype permet de (...)

Un film de Sylviane Bertrand et Benoît Labourdette (1’, muet, 2018).

Un simple tableau peut créer la polémique dans un couple.

Un film de Benoît Labourdette (2’24s, 2019, muet).

Pourquoi se laisse-t-on prendre en photo ? A partir de photos de Mark Neville parues dans Le Monde « M ».

Un film de Benoît Labourdette (2’19s, 2014).

La vie sur un tableau blanc...

Les mots se découvrent, se dénudent, se rencontrent dans l’aventure de leur écriture à main levée.

Film collectif (5’52s, 2014).

Le petit peuple inattendu d’une salle de cinéma.

Un film de Benoît Labourdette (2’26s, 2013).

Sur le chemin de l’autofiction, un dialogue entre un père et son fils, interprété par la même voix.

Film collectif (3’10s, 2019).

Une révolte des objets contre Internet et ses usages.

Un film de Benoît Labourdette (1’22s, muet, 2017, pseudonyme : L’enfant).

Feuilleter les vielles photographies de l’inconscient collectif, c’est revenir à soi.

Un film de Benoît Labourdette (1’04s, muet, 2017, pseudonyme : Luc Finstein).

L’écriture rageuse peut être salutaire.

L’intersection des corps de certaines lettres est la nature de cette écriture.

Création vidéo de Benoît Labourdette, 4’48s, 2014.

Écrire, lire, parler... mais quoi ? Et en quelle langue ? Je ne sais pas... j’écoute sans chercher à comprendre.

Un film de Benoît Labourdette (2’24s, 2015).

Exploration par la parole et l’image de la relation entre le mouvement physique et l’écriture.

Un film de Benoît Labourdette (3’34s, 2016).

Lecture des derniers paragraphes de « À la recherche du temps perdu » de Marcel Proust. Liens entre littérature, peinture et mouvement.

Un film de Benoît Labourdette (2’56s, 2017).

Quand la poésie intime devient publique.

Explorer et questionner l’imaginaire du drone en actes par la réalisation d’un film collectif. Festival Infilmement petit Dans le cadre de la 4e édition du festival de cinéma pour collégiens et lycéens Infilmement petit, j’ai proposé un workshop de (...)

Film collectif (7’22s, 2017).

Des mots dansent pour faire s’évanouir racismes et discriminations.

Un film de Benoît Labourdette (1’30s, muet, 2017, pseudonyme : Albert D.).

Philosophie des techniques confrontée à sociologie humaine.

Atelier d’écriture autour de photographies dans le cadre du 8e festival international Filmer le travail de Poitiers. Projet soutenu par la CCAS, le comité d’entreprise d’EDF. L’atelier s’est déroulé les 17 et 18 février 2017 à Poitiers, à l’occasion du (...)

Un film de Benoît Labourdette (1’48s, muet, 2017, pseudonyme : Abel A.).

Notre simple alphabet est en lui-même d’une grande diversité. Cette diversité est indispensable à toute expression, toute création.

Un documentaire court de Benoît Labourdette (4’36s, 2011).

Le hasard du monde m’amène à croiser une sculpture de Richard Texier dans le port de la Rochelle, au mois de juillet 2011. S’ensuit une correspondance, écrite puis filmée.

Des explorations calligraphiques, des mots uniques inspirant leur forme d’écriture.

Vingt six films réalisés en trois jours. Depuis 2006, soit à peine un an après l’apparition des caméras dans les téléphones portables, j’enseigne à l’école de cinéma ESAV Toulouse, pour les étudiants en dernière année de réalisation, en proposant un « (...)

Du point de vue de la perception, un film n’est qu’une illusion formée par notre cerveau à partir de stimuli visuels et auditifs. Des images vues peuvent produire des sons et vice-versa. Chaque personne construit mentalement un film différent à (...)

Le Centre Européen de Formation à la Production de Films (CEFPF) à Paris, propose depuis 20 ans des formations professionnelles pointues sur la production, l’écriture, la réalisation audiovisuelle... J’interviens pour le CEFPF sur les sujets des (...)

Le drone, cette caméra volante qui arrive parmi nous, soulève, pour un cinéaste, des questions importantes. Objet militaire, objet de surveillance et de mort, objet d’ubiquité cartographique des multinationales, et bientôt objet commercial, objet de (...)

Tous les tags