Accueil > Ressources > Cours en ligne > Webdocumentaire > La technologie derrière le webdocumentaire

Webdocumentaire

Le « webdocumentaire » est un genre d’objet audiovisuel interactif, nommé comme tel en 2008. En résumé, pour être un peu simpliste, c’est simplement un CD Rom disponible en ligne sur internet... Levons le voile sur les technologies, les contenus et les stratégies, de façon synthétique, pour mieux en appréhender les enjeux et opportunités.

La technologie derrière le webdocumentaire

28 octobre 2012

Qu’est-ce qu’un webdocumentaire ?

Un webdocumentaire est un objet audiovisuel interactif, formé de photographies, sons, textes, vidéos... qui est consulté avec un ordinateur, une tablette, un téléphone...

  • Dans le cas d’une consultation avec tablette ou téléphone, le webdoc devra être une application, à télécharger.
  • Dans le cas d’une consultation avec ordinateur, le webdoc sera vu au travers du navigateur internet de l’ordinateur.
  • Donc, on peut aussi, théoriquement, consulter le webdoc sur tablette ou téléphone à partir du navigateur intégré.

Mais les choses ne sont pas si simples...

D’une part, de nos jours, l’habitude des utilisateurs de téléphones et tablettes est plutôt de télécharger une application pour consulter les contenus, d’autre part, la conception interactive n’est pas la même pour un utilisateur avec une souris et un utilisateur sur un écran tactile, et enfin les navigateurs web des tablettes et téléphones ne permettent pas d’afficher tout ce que les navigateurs web des ordinateurs permettent. Et ce au delà de la taille de l’écran...

Pourquoi ces différences techniques entre ordinateurs et terminaux mobiles ?

Le langage d’affichage des pages web se nomme HTML. En 2012, on utilise encore principalement, pour la conception des sites web, la version 4 de HTML, qui date de 1998. Cette version du langage ne permet pas de lire de la vidéo, ni de faire des animations multimédia, cela se cantonne à la mise en page de textes et de photos, ainsi qu’aux hyperliens. Mais pourtant, dans les sites web, il y a des animations et de la vidéo ! Comment cela est-il possible ?

Flash, l’ancêtre...

C’est possible car nos navigateurs web sont tous équipés d’un module complémentaire (ou plugin), nommé « Flash » (anciennement édité par la société Macromédia, aujourd’hui racheté par la société Adobe), qui ajoute les fonctionnalités multimédias. Ce plugin a été installé au début des années 2000, à notre insu, de façon automatique, sur quasiment tous les ordinateur, grâce à des accord commerciaux. Tous les sites de vidéo (youtube, dailymotion, vimeo...) passent par ce plugin pour afficher leurs vidéos.

Quasiment tous les webdocumentaires réalisés entre 2008 et 2012 passent aussi par ce plugin pour pouvoir fonctionner. Mais... Apple n’autorise pas l’installation du plugin Flash sur l’iphone et l’ipad... une guerre commerciale...

Par contre, bonne nouvelle, la nouvelle version de HTML, nommée « HTML 5 », ajoute, dans son langage, des possibilités de multimédia et de lecture de vidéo aussi puissantes que celles de Flash.

HTML 5, le successeur...

Et par ailleurs, le HTML 5 est pleinement lu par les iphone et ipad. C’est idéal ! Sauf que... bien qu’existant déjà, le HTML 5 n’est pas une norme totalement terminée, en 2012, et la normalisation technique du format de la vidéo n’est pas encore décidée.

Donc, pour qu’un webdocumentaire avec de la vidéo fonctionne sur toutes plateformes, il faut « encoder » la vidéo en plusieurs formats.... bref, le HTML 5 est aujourd’hui nettement plus complexe techniquement à mettre en oeuvre que le Flash.

Et comme, sur les plateformes mobiles, les utilisateurs préfèrent télécharger des applications, qui sont des logiciels informatiques (qui n’ont rien à voir ni avec Flash ni avec HTML 5), il faut, pour ces plateformes, de toutes façons développer ces logiciels en parallèle du webdocumentaire sur le web...

C’est pourquoi le HTML 5 n’est pas encore massivement utilisé pour les webdocumentaires.

Mais il le deviendra, assurément. Dans quelques temps, on pourra ne développer qu’un seul webdocumentaire, qui fonctionnera indifféremment sur ordinateur, tablettes et mobiles (les gens y installeront sur leur écran le raccourci, au lieu de l’application, ce qui fonctionne très bien). Ce jour n’est pas encore arrivé, mais tout le monde y travaille...

Le patrimoine ?

Aujourd’hui, le web est déjà consulté pour moitié à partir de terminaux mobiles, demain il le sera encore plus. Le plugin Flash va petit à petit disparaître.

Cela signifie qu’à relativement moyenne échéance, quasiment tous les webdocumentaires réalisés avec la technologie Flash deviendront illisibles : un simple rectangle gris inerte sur la page web... Paradoxes des nouvelles technologies, qui, du fait de leur évolution très rapide, condamnent le patrimoine.

Pour que les « vieux » webdocumentaires restent lisibles dans le futur, il faudrait les convertir aux nouveaux formats, ce qui d’une part coûterait très cher, et d’autre part pourrait être très compliqué (voire impossible dans certains cas) à réaliser, sans avoir à tout refabriquer...


Voir aussi