Accueil > Ressources > Conférences > Ramdam Festival : conférence et réalisation d’un film collectif en salle de (...)

Conférences

Captations vidéo, enregistrements audio, documents, résumés, de conférences que j’anime, ou de tables rondes auxquelles je participe, dans différents contextes.

Ramdam Festival : conférence et réalisation d’un film collectif en salle de cinéma

26 janvier 2014

Le Ramdam Festival (festival du film qui dérange), dont la 4è édition a eu lieu à Tournai en Belgique en janvier 2014, m’a invité pour proposer une conférence, « Le téléphone portable est-il l’avenir du cinéma », suivie de la réalisation d’un film collectif, dans la salle de cinéma.

Concept du film

Le concept de ce film (que vous pouvez réemployer, c’est très ludique), est que chaque personne filme un objet, auquel, il doit donner la parole. Le film est en plan-séquence, générique compris, ce qui force à une grande attention aux autres, à une organisation du « passage » de la caméra de l’un à l’autre (puisque tout fait partie du film, il faut que les transitions aussi soient intéressantes), et cela permet de visionner le film juste après sa réalisation.

Il y a eut une très belle intensité, complicité, dans ce travail collectif, avec le petit nombre de spectateurs présents, ce qui a permis de prendre le temps et l’attention de fabriquer un bel objet collectif, unique.

Action réalisée à l’initiative de l’Agence culturelle de la Wallonie Picarde.


Les non-dits des objets (film collectif)


Les non-dits des objets (film collectif) Le Ramdam Festival (festival du film qui dérange), dont la 4è édition a eu lieu à Tournai en Belgique en janvier 2014, m’a invité pour proposer une conférence, « Le téléphone portable est-il l’avenir du cinéma », suivie de la réalisation d’un film collectif, dans la salle de cinéma.

Concept du film

Le concept de ce film (que vous pouvez réemployer, c’est très ludique), est que chaque personne filme un objet, auquel, il doit donner la parole. Le film est en plan-séquence, générique compris, ce qui force à une grande attention aux autres, à une organisation du « passage » de la caméra de l’un à l’autre (puisque tout fait partie du film, il faut que les transitions aussi soient intéressantes), et cela permet de visionner le film juste après sa réalisation. Il y a eut une très belle intensité, complicité, dans ce travail collectif, avec le petit nombre de spectateurs présents, ce qui a permis de prendre le temps et l’attention de fabriquer un bel objet collectif, unique. Action réalisée à l’initiative de l’Agence culturelle de la Wallonie Picarde.
thumbnail Benoît Labourdette

Voir aussi