Accueil > Recherche-action > Drones > Territoire imaginaire

Drones

Le drone, cette caméra volante qui arrive parmi nous, soulève, pour un cinéaste, des questions importantes. Objet militaire, objet de surveillance et de mort, objet d’ubiquité cartographique des multinationales, et bientôt objet commercial, objet de livraison. Interdit du regard vu du ciel, objet filmeur des mondes virtuels qui arrive dans le monde réel, oeil sans corps pour le tenir, objet soumis aux vents, à l’air chaud ou froid, sensible aux mouvements invisibles de la nature, caméra qui volète autour de nous... Ces changements de points de vue questionnent notre vision du monde. Lieux nouveaux de regard à explorer, à questionner, à détourner, à investir d’imaginaire et de créativité. Prendre de la distance avec les objets technologiques qui nous soumettent. Des questions d’écriture.

Territoire imaginaire

26 octobre 2014

Formes abstraites, couleurs d’enfants, vues du ciel.

Œuvre vidéo numérique. Benoît Labourdette. 5’51s, 2014.


Territoire imaginaire


Territoire imaginaire Formes abstraites, couleurs d’enfants, vues du ciel. Œuvre vidéo numérique. Benoît Labourdette. 5’51s, 2014. thumbnail Benoît Labourdette

Des formes placées au sol par des groupes d’enfants, le 27 septembre 2014 au Centre Pompidou, et puis survolées par un drone, que je pilotais. Regarder un territoire imaginaire par le regard de la surveillance, puis agencer ces vues, peut donner naissance à bien autre chose, en-dessous, au-dessus, ou tout simplement ailleurs que le lieu de sa fabrication. Un lieu intime, intérieur, collectif. Dans mon vécu, dans mon travail, comme une matière concrète d’inconscient collectif, qui est sculptable, qui nous appartient à tous, à chacun. Nous aujourd’hui.