Festival des scénaristes 2019 : projection itinérante

« Je veux un bisou » : film avec musique faite par les spectateurs. Sur le thème du cinéma musical, une ballade nocturne dans Valence, à la rencontre d’œuvres inédites, surprenantes, sur les murs de la ville. Et puis, sur certains films, les spectateurs étaient invités à faire la musique en direct ! En clôture du Festival international des scénaristes, le 6 avril 2019, rendez-vous est donné pour une projection de courts métrages sur les murs de la vieille ville de Valence. Soixante dix spectateurs sont présents.

A l’écoute du territoire

Comment composer une programmation de films sur les murs d’une ville, qui fasse sens, qui ne soit pas « plaquée », mais enrichisse en profondeur le vécu dans la ville ? Comment opérer la relation entre des œuvres et le territoire ? Comment nourrir un quartier d’une autre fonction, d’une autre mémoire ? Sur la thématique du cinéma musical, avec Teddy Trouiller et Owen Poulain, nous avons constitué, à trois voix, un programme qui a parlé (si ce n’est chanté) de façon intergénérationnelle aux spectateurs. Du cinéma muet des premiers temps et contemporain, au clip, en passant par le cinéma baroque ou expérimental, les spectateurs ont vécu une expérience forte et singulière, avec des films adaptés à leurs lieux de projection. JPEG - 404.5 ko Pour la première, la dernière et une des projections, les spectateurs furent invités à interpréter par eux-mêmes, en direct, la bande musicale des films ! C’est une façon d’être encore plus en intimité avec les œuvres, d’y participer explicitement. A la fin de la projection, un QR Code, affiché sur le mur, leur a permis d’accéder à une page dédiée où ils peuvent retrouver leur « création ». JPEG - 361.6 ko

Les films projetés

  • « Le monde vu par mes jouets », un film d’Alain Fleischer (2011).
  • « What’s up Bastard », un film de Morgan Simon (2010).
  • « Le mélomane », un film de Georges Méliès (1903).
  • « Canon », un film de Norman Mac Laren (1962).
  • « Mi sveglia la tromba », un film de Benoît Labourdette (2018).
  • « Once in a lifetime », clip des Talking heads (1980).
  • « Tentative d’évasion », un film de Teddy Trouillier (2019).
  • « Je veux un bisou », un film de Benoît Labourdette, Linda Fardon et Barbara Goujeon (2018).
thumbnail Benoît Labourdette
6 avril 2019. Publié par Benoît Labourdette.

Sur le thème du cinéma musical, une ballade nocturne dans Valence, à la rencontre d’œuvres inédites, surprenantes, sur les murs de la ville. Et puis, sur certains films, les spectateurs étaient invités à faire la musique en direct !

En clôture du Festival international des scénaristes, le 6 avril 2019, rendez-vous est donné pour une projection de courts métrages sur les murs de la vieille ville de Valence. Soixante dix spectateurs sont présents.

A l’écoute du territoire

Comment composer une programmation de films sur les murs d’une ville, qui fasse sens, qui ne soit pas « plaquée », mais enrichisse en profondeur le vécu dans la ville ? Comment opérer la relation entre des œuvres et le territoire ? Comment nourrir un quartier d’une autre fonction, d’une autre mémoire ?

Sur la thématique du cinéma musical, avec Teddy Trouiller et Owen Poulain, nous avons constitué, à trois voix, un programme qui a parlé (si ce n’est chanté) de façon intergénérationnelle aux spectateurs. Du cinéma muet des premiers temps et contemporain, au clip, en passant par le cinéma baroque ou expérimental, les spectateurs ont vécu une expérience forte et singulière, avec des films adaptés à leurs lieux de projection.

JPEG - 404.5 ko

Pour la première, la dernière et une des projections, les spectateurs furent invités à interpréter par eux-mêmes, en direct, la bande musicale des films ! C’est une façon d’être encore plus en intimité avec les œuvres, d’y participer explicitement. A la fin de la projection, un QR Code, affiché sur le mur, leur a permis d’accéder à une page dédiée où ils peuvent retrouver leur « création ».

JPEG - 361.6 ko

Les films projetés

  • « Le monde vu par mes jouets », un film d’Alain Fleischer (2011).
  • « What’s up Bastard », un film de Morgan Simon (2010).
  • « Le mélomane », un film de Georges Méliès (1903).
  • « Canon », un film de Norman Mac Laren (1962).
  • « Mi sveglia la tromba », un film de Benoît Labourdette (2018).
  • « Once in a lifetime », clip des Talking heads (1980).
  • « Tentative d’évasion », un film de Teddy Trouillier (2019).
  • « Je veux un bisou », un film de Benoît Labourdette, Linda Fardon et Barbara Goujeon (2018).
« Le monde vu par mes jouets » : film avec musique faite par les spectateurs.
« Le monde vu par mes jouets » : film avec musique faite par les spectateurs. Sur le thème du cinéma musical, une ballade nocturne dans Valence, à la rencontre d’œuvres inédites, surprenantes, sur les murs de la ville. Et puis, sur certains films, les spectateurs étaient invités à faire la musique en direct ! En clôture du Festival international des scénaristes, le 6 avril 2019, rendez-vous est donné pour une projection de courts métrages sur les murs de la vieille ville de Valence. Soixante dix spectateurs sont présents.

A l’écoute du territoire

Comment composer une programmation de films sur les murs d’une ville, qui fasse sens, qui ne soit pas « plaquée », mais enrichisse en profondeur le vécu dans la ville ? Comment opérer la relation entre des œuvres et le territoire ? Comment nourrir un quartier d’une autre fonction, d’une autre mémoire ? Sur la thématique du cinéma musical, avec Teddy Trouiller et Owen Poulain, nous avons constitué, à trois voix, un programme qui a parlé (si ce n’est chanté) de façon intergénérationnelle aux spectateurs. Du cinéma muet des premiers temps et contemporain, au clip, en passant par le cinéma baroque ou expérimental, les spectateurs ont vécu une expérience forte et singulière, avec des films adaptés à leurs lieux de projection. JPEG - 404.5 ko Pour la première, la dernière et une des projections, les spectateurs furent invités à interpréter par eux-mêmes, en direct, la bande musicale des films ! C’est une façon d’être encore plus en intimité avec les œuvres, d’y participer explicitement. A la fin de la projection, un QR Code, affiché sur le mur, leur a permis d’accéder à une page dédiée où ils peuvent retrouver leur « création ». JPEG - 361.6 ko

Les films projetés

  • « Le monde vu par mes jouets », un film d’Alain Fleischer (2011).
  • « What’s up Bastard », un film de Morgan Simon (2010).
  • « Le mélomane », un film de Georges Méliès (1903).
  • « Canon », un film de Norman Mac Laren (1962).
  • « Mi sveglia la tromba », un film de Benoît Labourdette (2018).
  • « Once in a lifetime », clip des Talking heads (1980).
  • « Tentative d’évasion », un film de Teddy Trouillier (2019).
  • « Je veux un bisou », un film de Benoît Labourdette, Linda Fardon et Barbara Goujeon (2018).
thumbnail Benoît Labourdette

La page web dédiée

Lien direct vers la page web

www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2019/2019_valence_scenario/

Portfolio

Des films à la rencontre d’un quartier... Depuis 2011, je propose des « parcours nocturnes », projections itinérantes de courts métrages dans un quartier, un bâtiment. Aucune installation, ces projections sont réalisées à l’aide d’un pico-projecteur (vidéoprojecteurs portables). C’est de la « projection mobile ». Exploiter cette technologie encore nouvelle, ces mini vidéoprojecteurs qui vont bientôt équiper nos téléphones, pour des moments de rencontre entre des œuvres, un lieu, les gens.

Des parcours nocturnes ont eu lieu à : Festival Via Pro Mons, Festival d’Avignon, Ecole Normale Supérieure, Festival des scénaristes, Agglomération d’Evry, Maison des métallos, Festival Travelling Rennes...