Accueil > Films > Longs métrages > Les acteurs inconscients

Longs métrages

J’ai réalisé six longs métrages. Ce sont des films singuliers, à voir de façon singulière aussi. Ils sont projetés publiquement de temps en temps, dans une dimension de rencontre exceptionnelle, comme l’est celle avec un spectacle vivant. Ils sont visionnables en intégralité ici.
(il manque encore ici les deux premiers, « La tête dans l’eau » - 1995 et « Benoît doit partir » - 1997)

Les acteurs inconscients

31 décembre 2008

Un journal de 30 jours, en 30 plans-séquence. Des rencontres, des hommes, des animaux et les lieux, de bas en haut. La recherche de ce qui se cache derrière les apparences de l’anodin. Le hasard et la nécessité.

Un film de Benoît Labourdette (63’08s, 2008).


Les acteurs inconscients


Les acteurs inconscients Un journal de 30 jours, en 30 plans-séquence. Des rencontres, des hommes, des animaux et les lieux, de bas en haut. La recherche de ce qui se cache derrière les apparences de l’anodin. Le hasard et la nécessité. Un film de Benoît Labourdette (63’08s, 2008). thumbnail Benoît Labourdette

Le film

Le point de départ de ce film est une série de 30 plans séquence, que j’ai mise en ligne en 2006 sur une durée d’un mois, afin d’explorer la relation directe aux spectateurs. En 2008, après mûrissement et en avoir reçu la suggestion, j’ai rassemblé ces plans séquence et ai découvert, qu’ils « racontaient une histoire » ensemble.

Ce film se propose maintenant d’être pratiqué, et continué, dans les occasions de ses diffusions publiques : à chaque diffusion publique, les spectateurs sont invités par petits groupes, après la projection, à tourner, en plan séquence, la fin du film, puis à présenter ces fins alternatives. Ce qui a eu pour effet de faire évoluer le film lui-même. Ceci en est la première version montée.

Voici un texte en référence, qui a été écrit, je viens de m’en rendre compte, l’année de ma naissance :

L’ancienne alliance est rompue ; l’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’Univers d’où il a émergé par hasard. Non plus que son destin, son devoir n’est écrit nulle part. À lui de choisir entre le Royaume et les ténèbres.

J. Monod, Le hasard et la nécessité : Essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne, Seuil, 1970.

Diffusions

  • 2010 : Lux scène nationale de Valence (France).
  • 2009 : Festival du court métrage (Castres - France), Post-Flux (Bozar Bruxelles - Belgique), VIDEOFORMES (Clermont-Ferrand - France).