La fenêtre

Depuis 2009, dans le cadre des ateliers de réalisation de films et des workshops que j’anime, je propose, entre autres, le travail suivant : filmer à travers une fenêtre, et raconter un souvenir, en plan-séquence. Beaucoup de films, très beaux, très forts, ont été ainsi réalisés. De temps en temps, dans le cadre des ces ateliers, les participants me demandent, à moi aussi, de faire « l’exercice ». Je ne peux m’y soustraire. Voici donc mes « fenêtres ».

Un film de Benoît Labourdette (5’09s, 2018).

Un film peut être comme un objet spirituel, philosophique, un texte qui accompagne notre vie et nous apprend de nouvelles choses à chaque fois qu’on le regarde.

Un film de Benoît Labourdette (2’56s, 2017).

Quand la poésie intime devient publique.

Un film de Benoît Labourdette (2’59s, 2016).

Le grenier d’une vieille maison, qui recèle un enseignement imprévu.

Un film de Benoît Labourdette (2’37s, 2016).

Un lieu, où réside le souvenir d’un basculement dans la vie.

Un film de Benoît Labourdette (2’53s, 2016).

Comment un amour passé se dissout dans les amours présentes.

Un film de Benoît Labourdette (2’50s, 2016).

Souvenir et culpabilité d’un père vis à vis de son fils.

Un film de Benoît Labourdette (2015, 2’20s).

Un désir frustré depuis l’enfance, qui semble enfin s’ouvrir.

Un film de Benoît Labourdette (2013, 2’46).

J’ai failli mourir en transgressant les règles pour suivre mon désir. Cela ne m’a pas rendu plus raisonnable.

Un film de Benoît Labourdette (2013, 1’04).

Je m’étais toujours senti coupable de la première fois que j’avais triché en classe. Plus maintenant.

Un film de Benoît Labourdette (2013, 2’48s).

Cette vieille maison et cette pluie me font me rappeler d’un moment, quand j’étais enfant dans une salle de classe...