Accueil > Films > Kaléidoscopes > Chez Rachid

Kaléidoscopes

Le kaléidoscope propose une vision très « organique » des choses. Comme une métaphore visuelle de la division cellulaire, il ouvre à un champ de perceptions et d’émotions assez peu fréquenté, bien au delà du décoratif qu’il pourrait sembler incarner de prime abord. Cette figure m’a toujours questionné, je vous en propose des explorations cinématographiques.

Chez Rachid

22 février 2014

La trace infime, laissée sur une surface, sur une « peau », est peut-être la chose la plus importante qui soit.

Création vidéo de Benoît Labourdette (2’58, 2014).


Chez Rachid


Chez Rachid La trace infime, laissée sur une surface, sur une « peau », est peut-être la chose la plus importante qui soit. Création vidéo de Benoît Labourdette (2’58, 2014). thumbnail Benoît Labourdette

Je tente de capter les mouvements organiques de ces traces infimes, qui sont peut-être les sources de la vie. Peut-être l’image du visage d’un homme est là, cachée entre les lignes du kaléidoscope, ainsi que, croit-on, la trace du visage du christ fut imprimée sur son linceul mortuaire.

Le suaire de Turin :
<span class="caps">JPEG</span> - 116.4 ko