Imaginons un instant

« Imaginons un instant que ce balai est un être humain », « imaginons un instant que ce trottoir est un soleil », « imaginons un instant que la nuit n’existe pas »... dans le quotidien, des visions du monde incongrues et surréalistes.

Vingt et uns plans séquences, tournés en 2009, dans lesquelles je me filme moi-même, au fil des pérégrinations de la vie, imaginant par les mots une fiction à partir du réel que je suis en train de croiser.

J’ai réalisé cette série avec un outil, innovant à l’époque, le « Zoom Q3 », première caméra de poche équipée d’un micro d’excellente qualité. C’est cette caméra qui m’a permis de faire un travail sur l’enregistrement de la voix en direct dans le quotidien, projet que j’avais préalablement mais qui n’était pas encore réalisable.

Un film de Benoît Labourdette (3’17s, 2010).

Imaginons un instant que cette navette est pleine de voyageurs...

Un film de Benoît Labourdette (3’20s, 2010).

Imaginons un instant que cet escalier et cet escalator sont rivaux...

Un film de Benoît Labourdette (2’09s, 2010).

Imaginons un instant que le ciel est rouge...

Un film de Benoît Labourdette (2’49s, 2009).

Imaginons un instant que ces rues sont des canaux...

Un film de Benoît Labourdette (4’05s, 2009).

Imaginons un instant que cette rue est le début du monde...

Un film de Benoît Labourdette (2’27s, 2009).

Imaginons un instant que ce couloir est sous-marin...

Un film de Benoît Labourdette (2’47s, 2009).

Imaginons un instant que cette chaise est un cinéma...

Un film de Benoît Labourdette (1’59s, 2009).

Imaginons un instant que cet immeuble est un gâteau à la crème...

Un film de Benoît Labourdette (2’55s, 2009).

Imaginons un instant que ces lance-air sont des lance-flammes...

Un film de Benoît Laboudette (1’59s, 2009).

Imaginons un instant que ce couloir est une piste de ski...

Un film de Benoît Labourdette (1’54s, 2009).

Imaginons un instant que les voitures n’existent pas...

Un film de Benoît Labourdette (2’11s, 2009).

Imaginons un instant que la fatigue n’existe pas...

Un film de Benoît Labourdette (1’43s, 2009).

Imaginons un instant que ce train n’existe plus...

Un film de Benoît Labourdette (2’41s, 2009).

Imaginons un instant que cet arbre est un vrai arbre...

Un film de Benoît Labourdette (5’18s, 2009).

Imaginons un instant que cette affiche est un visage...

Un film de Benoît Labourdette (2’47s, 2009).

Imaginons un instant que cette poubelle est un autobus...

Un film de Benoît Labourdette (2’59s, 2009).

Imaginons un instant que ce mur est une pelouse...

Un film de Benoît Labourdette (2’41s, 2009).

Imaginons un instant que ce radiateur est un mur...

Un film de Benoît Labourdette (2’44s, 2009).

Imaginons un instant que cette rue est un coffre-fort...

Un film de Benoît Labourdette (2’47s, 2009).

Imaginons un instant que ce mur se trouve dehors...

Un film de Benoît Labourdette (2’05s, 2009).

Imaginons un instant que la nuit n’existe pas...