Etude pour mains 3

Etude pour mains 3 Un film de Benoît Labourdette (1’16s, 2010). Le voyage, depuis l’invention du train, est une opération mécanique très dangereuse. D’où des musiques, mécaniques aussi. Le paysage lui aussi, est empli de ces mécanismes. Mécanismes à tous les étages. thumbnail Benoît Labourdette
29 juillet 2010. Publié par Leny Müh.

Le voyage, depuis l’invention du train, est une opération mécanique très dangereuse. D’où des musiques, mécaniques aussi. Le paysage lui aussi, est empli de ces mécanismes. Mécanismes à tous les étages.

Mais la main, c’est le pouvoir, le pouvoir de tout briser, de glisser un grain de sable dans toute cette mécanique implacable. Au prix d’une mort presque certaine pour l’être humain... qui ne peut donc désormais, s’il veut rester en vie, que rester prisonnier de ce train qui ne s’arrête plus.

Téléchargement

Les mains, ou plutôt la main, est un sujet qui compte pour les films tournés avec des caméras de poche : la caméra dans une main, qui filme l’autre main.

Avec les téléphones portables, filmer ses pieds était une figure récurrente, car lorsqu’on allume le téléphone, à l’horizontale, on voit ses pieds. Par contre, avec un appareil photo numérique, qu’on tient face à soi, il est vertical lorsqu’on l’allume. Alors souvent l’autre main apparaît dans l’image.

Cette main peut devenir un sujet.