Accueil > Films > Courts métrages > Fire (white monkey)

Courts métrages

Je réalise des courts métrages comme un peintre fait des tableaux, dans une démarche généralement individuelle, loin des pratiques académiques de fabrication du cinéma. Certains films sont réalisés de façon très spontanée, d’autres peuvent prendre des années à mûrir. J’explore la rencontre entre l’image et le monde. Je vous propose des expériences de cinéma, qui bien souvent racontent aussi des histoires...

Fire (white monkey)

8 août 2017

La nuit, quand l’angoisse est là, si l’on ose regarder au delà des cendres de la vie, on peut entrevoir une image du salut.

Un film de Benoît Labourdette (3’14s, 2017).


Fire (white monkey)


Fire (white monkey) La nuit, quand l’angoisse est là, si l’on ose regarder au delà des cendres de la vie, on peut entrevoir une image du salut. Un film de Benoît Labourdette (3’14s, 2017). thumbnail Benoît Labourdette

Concept de la vision

Voir... de quoi s’agit-il ? Quel est ce phénomène ? Pourquoi voit-on quelque chose et pas autre chose ? Ne voit-on pas que ce que nous voulons bien voir ? Notre regard n’est-il pas dirigé par le regard des autres, par ce que l’on nous dit de voir ? Comment élaborer sa propre liberté de regard et d’interprétation ? Comment voir un film ? Quel sens lui donner ? Quelle est la différence entre regarder et voir ? Que découvrons-nous d’imprévu lorsque nous cherchons à voir ?

Voir n’est sans doute pas être face à une image, mais atteindre à ce qu’elle recèle d’inconnu, qui apparaît soudain à notre conscience, comme ce qui arrive aux voyants honnêtes.

Voir, c’est peut-être toucher au Mystère.