Accueil > Films > Courts métrages > Chaque matin

Courts métrages

Je réalise des courts métrages comme un peintre fait des tableaux, dans une démarche généralement individuelle, loin des pratiques académiques de fabrication du cinéma. Certains films sont réalisés de façon très spontanée, d’autres peuvent prendre des années à mûrir. J’explore la rencontre entre l’image et le monde. Je vous propose des expériences de cinéma, qui bien souvent racontent aussi des histoires...

Chaque matin

12 juin 2013

Charles, vieux garçon de 37 ans qui a perdu sa mère il y a un an, perçoit par moments le monde de façon déformée, multipliée, le temps et l’espace perdant de leur réalité. Une rencontre va changer sa vie.

Un film de Benoît Labourdette (5’44, 2013).


Chaque matin


Chaque matin Charles, vieux garçon de 37 ans qui a perdu sa mère il y a un an, perçoit par moments le monde de façon déformée, multipliée, le temps et l’espace perdant de leur réalité. Une rencontre va changer sa vie. Un film de Benoît Labourdette (5’44, 2013). thumbnail Benoît Labourdette

Projet

Représenter visuellement les troubles de perception qui peuvent être nôtres par instants. Ausculter la valeur de ces perceptions.

Forme

Exploration de formes du ralenti et d’une technique de multiplication des pixels qui produit des modalités particulières de surimpression visuelle.

Liens

Le dispositif esthétique creusé dans ce film préfigurent le travail beaucoup plus vaste que j’ai mené dans le long métrage Parle-moi DEL (65 minutes, 2015).

Diffusions

- 2013 : Kino (Reillanne)