Accueil > Art plastique > Trottoir parisien

Art plastique

La photographie, de par la nature mécanique de son fonctionnement technique, est pour moi une matière de temps plus qu’une matière visuelle : dans ses sels d’argent, ou ses pixels aujourd’hui, c’est du temps qui est capté, conservé, réinventé à chaque regard. Temps de vie, temps de vision, temps de poésie. La peinture est la matière originelle du travail plastique, qui se relie intimement à la photographie à mon sens, car elle contient aussi le temps de son geste et de son imaginaire. L’installation, c’est à dire l’existence dans l’espace et le temps des formes artistiques est cruciale, car il s’agit de la façon dont l’œuvre se modifie par sa mise en relation avec le spectateur. Ces pratiques dialoguent avec mon travail de cinéaste, s’interpénètrent depuis toujours.

Trottoir parisien

25 août 2015

Série de photographies. Variation sur le vécu d’un trottoir parisien.

Faire la prise de vue avec le corps, la main qui déclenche l’appareil photo faisant partie intégrante aussi du système optique. Sa présence devant/avec l’objectif diffracte les rayons lumineux pour créer un espace aux règles singulières. Une vision par le corps du sol qu’il foule.