Accueil > Art plastique > Le baiser de La Défense

Art plastique

La photographie, de par la nature mécanique de son fonctionnement technique, est pour moi une matière de temps plus qu’une matière visuelle : dans ses sels d’argent, ou ses pixels aujourd’hui, c’est du temps qui est capté, conservé, réinventé à chaque regard. Temps de vie, temps de vision, temps de poésie. La peinture est la matière originelle du travail plastique, qui se relie intimement à la photographie à mon sens, car elle contient aussi le temps de son geste et de son imaginaire. L’installation, c’est à dire l’existence dans l’espace et le temps des formes artistiques est cruciale, car il s’agit de la façon dont l’œuvre se modifie par sa mise en relation avec le spectateur. Ces pratiques dialoguent avec mon travail de cinéaste, s’interpénètrent depuis toujours.

Le baiser de La Défense

10 octobre 2007

Série de photographies. Un baiser impromptu... tradition parisienne ? Et comment notre regard le transforme.

Un matin en 2007, parmi les cols blancs qui courent à leurs bureaux dans les tours du quartier d’affaires parisien de La Défense, une scène de baiser. L’amour qui vient éclairer la vie grise des employés citadins.

Et cette photo, toute simple, est modifiée peu à peu, en onze étape, par le regard qui peut, aujourd’hui, manipuler les pixels à l’envi. Cette série de photos modifiées est peut-être à l’image du mouvement des images dans nos neurones, de l’histoire qui se raconte en nous.