Accueil > Actions culturelles et pédagogiques > Projets numériques participatifs > Canopé 92 : Projet de webdocumentaire collaboratif par neuf classes

Projets numériques participatifs

Dans le cadre d’événements culturels, festivals de cinéma, de théâtre, lancement d’expositions, ou dans le cadre scolaire, propositions d’actions culturelles innovantes et participatives avec le numérique.

Canopé 92 : Projet de webdocumentaire collaboratif par neuf classes

31 mai 2017

Accompagnement d’un projet de webdocumentaire collaboratif, initié par Canopé 92, à destination d’enseignants de neuf classes du département des Hauts-de-Seine.

Un projet de webdocumentaire co-réalisé par 250 enfants

L’atelier Canopé 92 est à l’origine de ce projet de webdocumentaire collaboratif. Cette initiative a pour visée d’alimenter la plateforme nationale « Raconte ta ville », qui regroupe des webdocumentaires réalisés par des classes de l’école primaire au lycée.

Un « webdocumentaire » est un documentaire interactif multimédia conçu pour être diffusé sur le web. Il permet de développer une narration et une navigation non-linéaire, et s’inscrit dans le courant des nouvelles écritures.

Cette action, menée de novembre 2016 à juin 2017, avait pour ambition de faire travailler sur un projet commun des élèves de cycle 3 de trois établissements des Hauts-de-Seine situés à Issy-les-Moulineaux, Le Plessis-Robinson et Nanterre.

Cadre du projet

Canopé 92 a sollicité Benoît Labourdette pour mettre en place un processus d’écriture multimédia collaboratif par neuf classes réparties dans trois écoles différentes. Le but était d’accompagner les enseignants afin qu’ils créent un webdocumentaire collaboratif sur la thématique de l’environnement. Pour atteindre cet objectif, il a disposé de deux réunions de 3 heures chacune avec les 10 enseignants, ainsi que 3 heures de suivi avec Nicolas Haushalter, chargé de la fabrication du webdoc au sein de Canopé 92. Dans le temps qui lui était imparti, Benoît a fait en sorte de transmettre les outils nécessaires afin que chacun soit le plus autonome possible. Ainsi, il n’a pas eu besoin d’intervenir à d’autres reprises en dehors de ces réunions de travail. Voici comment l’équipe a travaillé pour atteindre son but.

Le lancement du projet, se connaître pour construire ensemble

La première réunion a lieu en novembre 2016 à Canopé 92. Benoît Labourdette souhaite qu’à l’issue de ces trois heures, le groupe fasse connaissance pour ensuite définir le projet qui sera mis en place pendant l’année. Il est, en effet, mieux de se connaître avant de commencer à travailler ensemble.

Il y a beaucoup d’échanges entre les dix enseignants pendant cette réunion. Afin d’organiser les idées de chacun, Benoît les note directement dans un logiciel de mindmapping. Ce brainstorming collaboratif est projeté en direct afin que les participants s’expriment et discutent librement tout en sachant où en est la discussion. Ils peuvent alors retrouver leurs idées, celles des autres et faire des connexions. Cette méthode permet plus d’efficacité pendant la réunion, mais induit également un gain de temps par la suite puisqu’il devient beaucoup plus simple et rapide de partager une synthèse de ce qui s’est dit.

Le premier brainstorming est consacré à la thématique, « Raconte ta ville durable » :
<span class="caps">JPEG</span> - 396.8 ko

Benoît prend ensuite le temps de noter le nom de chacun des enseignants en les regroupant par ville afin que tout le monde ait clairement en tête la façon dont est organisé le groupe de travail, divisé en trois sous-groupes. Cette arborescence permet de mémoriser les noms des autres et participe également de la constitution du collectif. Ici encore, l’enjeu est de construire ensemble un document concret que chacun pourra réutiliser. Si cette étape a pris un peu de temps, elle a, par la suite, permis d’en gagner puisqu’en se connaissant mieux, chacun s’est senti plus à l’aise et le groupe a travaillé plus efficacement. Cela prouve bien l’importance de former le groupe avant même de travailler ensemble. Les mindmaps collaboratives peuvent être des outils efficaces pour de tels objectifs.
<span class="caps">JPEG</span> - 419.9 ko

Désormais plus soudé, le groupe de travail peut réfléchir concrètement au projet. Chacun apporte ses idées concernant le contenu du webdoc. La mindmap permet, ici encore, d’avoir en direct une vision d’ensemble de ce qui est en train de se construire. Ce n’est que la première rencontre, mais le projet est déjà lancé. Cet outil offre un document clair et concret, qui peut être réinvesti directement à l’issue de la réunion sans qu’il y ait besoin de rédiger un compte-rendu.
<span class="caps">JPEG</span> - 467.7 ko

À la suite de cette réunion, chaque enseignant devra réaliser une partie du webdoc avec sa classe. Il est donc important de trouver un fil conducteur simple, permettant de fédérer le projet. Puisqu’il paraît compliqué d’imaginer une narration collaborative en si peu de temps, il est question d’inventer un personnage récurrent qui accompagnerait le spectateur dans chaque partie du webdoc. Ce personnage permettra une cohérence entre chaque projet de classe, même si ceux-ci sont différents. L’équipe fait alors le choix de proposer à chaque élève d’imaginer un personnage. Chaque classe sélectionnera trois dessins, qui seront ensuite mis en ligne sur l’Environnement Numérique de Travail du collège afin que l’ensemble des élèves du projet puisse les découvrir et voter pour l’un d’entre eux. Ce vote final permettra de déterminer le personnage vainqueur.

À partir de ce personnage commun, « Mister Canette », chaque classe aura l’année scolaire pour mettre en place et réaliser les contenus du webdocumentaire, en autonomie. Ce super-héros antipollution leur permettra de travailler autour du recyclage des déchets et de l’écologie. Un planning de travail commun est élaboré lors de cette réunion.
<span class="caps">JPEG</span> - 462 ko

Les fondements du webdocumentaire, de son apparence à sa construction

La seconde réunion, organisée le 11 janvier 2017, est consacrée à des questions de charte graphique. Si le personnage de Mister Canette permet d’imaginer une narration entre les projets, il faut tout de même une cohérence visuelle. C’est donc parti pour un nouveau temps d’échange où l’on repère les éléments clé du dessin que Benoît note dans une mindmap. C’est à ce moment-là, par exemple, que l’équipe décide d’ajouter en guise de bouton de retour au menu, le dessin d’une pomme qui avait attiré l’attention mais n’avait finalement pas été retenu. Puis, chacun partage ce qu’il a fait jusqu’alors avec sa classe. Si les projets sont assez différents les uns des autres, ils font tous apparaître le personnage récurrent et respectent la thématique.

Par ailleurs, cette rencontre fait aussi l’objet de demandes plus techniques que les enseignants expriment de façon collective. Ils se questionnent par exemple sur la manière de livrer leurs contenus à la personne qui se chargera de la conception du webdoc. Benoît leur explique, par exemple, le fonctionnement du logiciel d’encodage Handbrake, qui leur permettra de réduire la taille des fichiers vidéo sans en altérer la qualité et ainsi les envoyer plus facilement. Au vu de leur intérêt pour le mindmaping, outil largement utilisé lors des deux réunions de travail, Benoît transmet également quelques noms de logiciels afin qu’ils puissent, à leur tour, utiliser cette technique.

Cette réunion est enfin l’occasion de se mettre d’accord sur l’arborescence du webdocumentaire, qui doit être simple et fonctionnelle. Il est très rapidement question d’organiser les projets par classe, proposant au spectateur de se balader de ville en ville. Le fait d’établir la structure du webdoc dès à présent est très important, car c’est la dernière fois que l’équipe se retrouve au complet. S’il était initialement question qu’ils travaillent tous ensemble, il s’est avéré compliqué d’organiser d’autres temps communs, compte tenu de l’éloignement géographique et des emplois du temps de chacun. Mais la structure choisie propose de s’approprier le projet tout en gardant une cohérence globale, permettant une meilleure efficacité.
<span class="caps">JPEG</span> - 398.5 ko

Réaliser un webdoc à plusieurs, une structure simple pour un résultat homogène

Entre janvier et fin mars, les enseignants poursuivent la réalisation de contenus avec leurs élèves, tout en étant en relation avec Nicolas Haushalter, le médiateur numérique Canopé en charge de la conception du webdocumentaire. La structure étant bien définie, chacun sait précisément ce qu’il lui reste à faire et les choses avancent vite. Les enseignants savent ce qu’ils doivent envoyer à Nicolas, qui lui-même peut avancer au fur et à mesure, tout en sachant où il va. Le fait de privilégier une structure simple permet d’éviter des problèmes structurels et narratifs, et ainsi de se concentrer sur la qualité des contenus.

Finalisation

Une fois le webdoc terminé, Nicolas Haushalter le transmet à Benoît qui lui fait quelques retours, notamment au sujet de l’ergonomie. Chaque partie étant réalisée par une classe différente, le final n’est pas vraiment homogène. Chaque classe a, par exemple, imaginé un fond différent, ce qui donne l’impression d’être face à plusieurs webdocs. Benoît demande alors à Nicolas de retravailler l’habillage graphique afin que l’on se sente dans le même univers lorsque l’on navigue d’une partie à l’autre.

Technique employée

Pour concevoir ce webdocumentaire, Nicolas utilise Klynt, un logiciel français payant. Lus dans un navigateur web, ces webdocumentaires sont fait avec la technologie HTML5, très standardisée, qui devrait encore fonctionner dans les dix années à venir. Par ailleurs, Klynt offre la possibilité d’archiver soi-même son webdoc, et ainsi de le faire fonctionner hors-ligne. En plus de pouvoir consulter son travail sans connexion internet, il est possible de le conserver. Il arrive parfois que les vidéos des webdocs ne soient plus valides quand elles proviennent de sites externes qui ne peuvent pas les héberger indéfiniment. Klynt propose alors d’intégrer les vidéos dans le webdoc lui-même, assurant, ici encore, leur pérennité.

Voir le webdocumentaire « Mister Canette »

Vous pouvez découvrir le webdoc sur la plateforme « Raconte ta ville ».

Alice Posiere


Voir aussi