CCAS : Ateliers réalisation de films en centres de vacances

Mon combat ma vie Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances. Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, créative et participative, dans le cadre du programme culturel « Act’éthiques ».

Un atelier créatif engagé

Il s’agissait, sans inscription préalable, de permettre, sur deux jours de présence dans le centre de vacances, à ceux qui le souhaitaient de réaliser des films d’animation « engagés », sur la thématique « Vous faites quoi dans la vie ? », c’est à dire sur la thématique du travail. Enfants, adultes, retraités, membres du personnel... ces moments d’ouverture à l’expression furent l’occasion de riches élaborations et échanges. En effet, à l’issue des deux jours, une soirée de projection était organisée, suivie d’une discussion toujours profonde, pleine d’enjeux humains importants.

Comment réaliser des films de qualité en peu de temps

Le principe d’animation était le suivant :
  • Installation au cœur du centre de vacances d’un mini studio de tournage et d’un écran de projection. Ainsi les personnes voyaient le dispositif et les films réalisés au fur et à mesure. La décision de participer pouvait venir en voyant les autres.
  • Je proposais à la personne de faire un dessin, ou un schéma, qui représentait pour elle ce qu’est le travail. Ce dessin était filmé en train d’être réalisé.
  • Commencer par le dessin, qui souvent nous emmène à un autre endroit que ce que l’on décide initialement, est une façon de libérer l’imaginaire. Puis, après que le dessin soit fait, je proposais à la personne d’enregistrer sa voix, pour commenter et expliquer le dessin. Et enfin une simple opération de montage pour assembler les deux donnait le film.
  • Les films étaient diffusés au fur et à mesure sur le grand écran. Les personnes voyaient donc rapidement leur film en grand et pouvaient le montrer aux autres, ce qui est très valorisant. Les films étaient aussi déposés au fur et à mesure sur cette mini plateforme vidéo, dont le lien était envoyé par SMS aux participants. Ainsi les films des enfants étaient rapidement partagés avec d’autres membres de la famille hors du centre de vacances par exemple. Cet objet exceptionnel pouvait tout de suite vivre sa vie, sur les réseaux sociaux notamment, construisant ainsi d’autres liens.
  • Ce type d’atelier fonctionne très bien car le dispositif est très simple techniquement, demande peu de temps d’implication aux participants, mais leur permet d’exprimer des sentiments profonds et importants, dans le but de les partager. Le travail, au fond, est plus dans le temps de préparation avant de venir participer à l’atelier, où les idées s’organisent en soi, que dans le temps de réalisation, qui est assez court.
  • Ainsi les enfants, souvent plus prompts que les adultes à ouvrir leur créativité, furent importants pour inviter les adultes à dépasser leurs barrières et à oser venir s’exprimer.
  • Les séances de projection le soir du deuxième jour étaient des moments forts et investis, car ce que chacun a mis en forme de façon intime devient public, et suscite aussi l’introspection de chaque spectateur, donc un débat, parfois long et passionné, à l’issue de la projection.
  • Par ailleurs, grâce à la mini plateforme vidéo, chacun pouvait aussi découvrir les films réalisés dans les autres centres de vacances.
Cet atelier a eu lieu dans six centres de vacances, deux jours par centre. Soixante films ont été réalisés en tout.

La mini plateforme vidéo

Lien direct : https://www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2018/2018_ccas_vous_faites_quoi_dans_la_vie/ (cette mini-plateforme vidéo fonctionne grâce au logiciel libre BL Video CMS que j’ai développé pour ce type d’usage)

Quelques films exemples

thumbnail Benoît Labourdette
24 août 2018. Publié par Benoît Labourdette.

Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances.

Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, créative et participative, dans le cadre du programme culturel « Act’éthiques ».

Un atelier créatif engagé

Il s’agissait, sans inscription préalable, de permettre, sur deux jours de présence dans le centre de vacances, à ceux qui le souhaitaient de réaliser des films d’animation « engagés », sur la thématique « Vous faites quoi dans la vie ? », c’est à dire sur la thématique du travail.

Enfants, adultes, retraités, membres du personnel... ces moments d’ouverture à l’expression furent l’occasion de riches élaborations et échanges. En effet, à l’issue des deux jours, une soirée de projection était organisée, suivie d’une discussion toujours profonde, pleine d’enjeux humains importants.

Comment réaliser des films de qualité en peu de temps

Le principe d’animation était le suivant :

  • Installation au cœur du centre de vacances d’un mini studio de tournage et d’un écran de projection. Ainsi les personnes voyaient le dispositif et les films réalisés au fur et à mesure. La décision de participer pouvait venir en voyant les autres.
  • Je proposais à la personne de faire un dessin, ou un schéma, qui représentait pour elle ce qu’est le travail. Ce dessin était filmé en train d’être réalisé.
  • Commencer par le dessin, qui souvent nous emmène à un autre endroit que ce que l’on décide initialement, est une façon de libérer l’imaginaire. Puis, après que le dessin soit fait, je proposais à la personne d’enregistrer sa voix, pour commenter et expliquer le dessin. Et enfin une simple opération de montage pour assembler les deux donnait le film.
  • Les films étaient diffusés au fur et à mesure sur le grand écran. Les personnes voyaient donc rapidement leur film en grand et pouvaient le montrer aux autres, ce qui est très valorisant. Les films étaient aussi déposés au fur et à mesure sur cette mini plateforme vidéo, dont le lien était envoyé par SMS aux participants. Ainsi les films des enfants étaient rapidement partagés avec d’autres membres de la famille hors du centre de vacances par exemple. Cet objet exceptionnel pouvait tout de suite vivre sa vie, sur les réseaux sociaux notamment, construisant ainsi d’autres liens.
  • Ce type d’atelier fonctionne très bien car le dispositif est très simple techniquement, demande peu de temps d’implication aux participants, mais leur permet d’exprimer des sentiments profonds et importants, dans le but de les partager. Le travail, au fond, est plus dans le temps de préparation avant de venir participer à l’atelier, où les idées s’organisent en soi, que dans le temps de réalisation, qui est assez court.
  • Ainsi les enfants, souvent plus prompts que les adultes à ouvrir leur créativité, furent importants pour inviter les adultes à dépasser leurs barrières et à oser venir s’exprimer.
  • Les séances de projection le soir du deuxième jour étaient des moments forts et investis, car ce que chacun a mis en forme de façon intime devient public, et suscite aussi l’introspection de chaque spectateur, donc un débat, parfois long et passionné, à l’issue de la projection.
  • Par ailleurs, grâce à la mini plateforme vidéo, chacun pouvait aussi découvrir les films réalisés dans les autres centres de vacances.

Cet atelier a eu lieu dans six centres de vacances, deux jours par centre. Soixante films ont été réalisés en tout.

La mini plateforme vidéo

Lien direct : https://www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2018/2018_ccas_vous_faites_quoi_dans_la_vie/

(cette mini-plateforme vidéo fonctionne grâce au logiciel libre BL Video CMS que j’ai développé pour ce type d’usage)


Quelques films exemples

EDF
EDF Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances. Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, créative et participative, dans le cadre du programme culturel « Act’éthiques ».

Un atelier créatif engagé

Il s’agissait, sans inscription préalable, de permettre, sur deux jours de présence dans le centre de vacances, à ceux qui le souhaitaient de réaliser des films d’animation « engagés », sur la thématique « Vous faites quoi dans la vie ? », c’est à dire sur la thématique du travail. Enfants, adultes, retraités, membres du personnel... ces moments d’ouverture à l’expression furent l’occasion de riches élaborations et échanges. En effet, à l’issue des deux jours, une soirée de projection était organisée, suivie d’une discussion toujours profonde, pleine d’enjeux humains importants.

Comment réaliser des films de qualité en peu de temps

Le principe d’animation était le suivant :
  • Installation au cœur du centre de vacances d’un mini studio de tournage et d’un écran de projection. Ainsi les personnes voyaient le dispositif et les films réalisés au fur et à mesure. La décision de participer pouvait venir en voyant les autres.
  • Je proposais à la personne de faire un dessin, ou un schéma, qui représentait pour elle ce qu’est le travail. Ce dessin était filmé en train d’être réalisé.
  • Commencer par le dessin, qui souvent nous emmène à un autre endroit que ce que l’on décide initialement, est une façon de libérer l’imaginaire. Puis, après que le dessin soit fait, je proposais à la personne d’enregistrer sa voix, pour commenter et expliquer le dessin. Et enfin une simple opération de montage pour assembler les deux donnait le film.
  • Les films étaient diffusés au fur et à mesure sur le grand écran. Les personnes voyaient donc rapidement leur film en grand et pouvaient le montrer aux autres, ce qui est très valorisant. Les films étaient aussi déposés au fur et à mesure sur cette mini plateforme vidéo, dont le lien était envoyé par SMS aux participants. Ainsi les films des enfants étaient rapidement partagés avec d’autres membres de la famille hors du centre de vacances par exemple. Cet objet exceptionnel pouvait tout de suite vivre sa vie, sur les réseaux sociaux notamment, construisant ainsi d’autres liens.
  • Ce type d’atelier fonctionne très bien car le dispositif est très simple techniquement, demande peu de temps d’implication aux participants, mais leur permet d’exprimer des sentiments profonds et importants, dans le but de les partager. Le travail, au fond, est plus dans le temps de préparation avant de venir participer à l’atelier, où les idées s’organisent en soi, que dans le temps de réalisation, qui est assez court.
  • Ainsi les enfants, souvent plus prompts que les adultes à ouvrir leur créativité, furent importants pour inviter les adultes à dépasser leurs barrières et à oser venir s’exprimer.
  • Les séances de projection le soir du deuxième jour étaient des moments forts et investis, car ce que chacun a mis en forme de façon intime devient public, et suscite aussi l’introspection de chaque spectateur, donc un débat, parfois long et passionné, à l’issue de la projection.
  • Par ailleurs, grâce à la mini plateforme vidéo, chacun pouvait aussi découvrir les films réalisés dans les autres centres de vacances.
Cet atelier a eu lieu dans six centres de vacances, deux jours par centre. Soixante films ont été réalisés en tout.

La mini plateforme vidéo

Lien direct : https://www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2018/2018_ccas_vous_faites_quoi_dans_la_vie/ (cette mini-plateforme vidéo fonctionne grâce au logiciel libre BL Video CMS que j’ai développé pour ce type d’usage)

Quelques films exemples

thumbnail Benoît Labourdette
Infirmière
Infirmière Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances. Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, créative et participative, dans le cadre du programme culturel « Act’éthiques ».

Un atelier créatif engagé

Il s’agissait, sans inscription préalable, de permettre, sur deux jours de présence dans le centre de vacances, à ceux qui le souhaitaient de réaliser des films d’animation « engagés », sur la thématique « Vous faites quoi dans la vie ? », c’est à dire sur la thématique du travail. Enfants, adultes, retraités, membres du personnel... ces moments d’ouverture à l’expression furent l’occasion de riches élaborations et échanges. En effet, à l’issue des deux jours, une soirée de projection était organisée, suivie d’une discussion toujours profonde, pleine d’enjeux humains importants.

Comment réaliser des films de qualité en peu de temps

Le principe d’animation était le suivant :
  • Installation au cœur du centre de vacances d’un mini studio de tournage et d’un écran de projection. Ainsi les personnes voyaient le dispositif et les films réalisés au fur et à mesure. La décision de participer pouvait venir en voyant les autres.
  • Je proposais à la personne de faire un dessin, ou un schéma, qui représentait pour elle ce qu’est le travail. Ce dessin était filmé en train d’être réalisé.
  • Commencer par le dessin, qui souvent nous emmène à un autre endroit que ce que l’on décide initialement, est une façon de libérer l’imaginaire. Puis, après que le dessin soit fait, je proposais à la personne d’enregistrer sa voix, pour commenter et expliquer le dessin. Et enfin une simple opération de montage pour assembler les deux donnait le film.
  • Les films étaient diffusés au fur et à mesure sur le grand écran. Les personnes voyaient donc rapidement leur film en grand et pouvaient le montrer aux autres, ce qui est très valorisant. Les films étaient aussi déposés au fur et à mesure sur cette mini plateforme vidéo, dont le lien était envoyé par SMS aux participants. Ainsi les films des enfants étaient rapidement partagés avec d’autres membres de la famille hors du centre de vacances par exemple. Cet objet exceptionnel pouvait tout de suite vivre sa vie, sur les réseaux sociaux notamment, construisant ainsi d’autres liens.
  • Ce type d’atelier fonctionne très bien car le dispositif est très simple techniquement, demande peu de temps d’implication aux participants, mais leur permet d’exprimer des sentiments profonds et importants, dans le but de les partager. Le travail, au fond, est plus dans le temps de préparation avant de venir participer à l’atelier, où les idées s’organisent en soi, que dans le temps de réalisation, qui est assez court.
  • Ainsi les enfants, souvent plus prompts que les adultes à ouvrir leur créativité, furent importants pour inviter les adultes à dépasser leurs barrières et à oser venir s’exprimer.
  • Les séances de projection le soir du deuxième jour étaient des moments forts et investis, car ce que chacun a mis en forme de façon intime devient public, et suscite aussi l’introspection de chaque spectateur, donc un débat, parfois long et passionné, à l’issue de la projection.
  • Par ailleurs, grâce à la mini plateforme vidéo, chacun pouvait aussi découvrir les films réalisés dans les autres centres de vacances.
Cet atelier a eu lieu dans six centres de vacances, deux jours par centre. Soixante films ont été réalisés en tout.

La mini plateforme vidéo

Lien direct : https://www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2018/2018_ccas_vous_faites_quoi_dans_la_vie/ (cette mini-plateforme vidéo fonctionne grâce au logiciel libre BL Video CMS que j’ai développé pour ce type d’usage)

Quelques films exemples

thumbnail Benoît Labourdette
La grande désillusion
La grande désillusion Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances. Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, créative et participative, dans le cadre du programme culturel « Act’éthiques ».

Un atelier créatif engagé

Il s’agissait, sans inscription préalable, de permettre, sur deux jours de présence dans le centre de vacances, à ceux qui le souhaitaient de réaliser des films d’animation « engagés », sur la thématique « Vous faites quoi dans la vie ? », c’est à dire sur la thématique du travail. Enfants, adultes, retraités, membres du personnel... ces moments d’ouverture à l’expression furent l’occasion de riches élaborations et échanges. En effet, à l’issue des deux jours, une soirée de projection était organisée, suivie d’une discussion toujours profonde, pleine d’enjeux humains importants.

Comment réaliser des films de qualité en peu de temps

Le principe d’animation était le suivant :
  • Installation au cœur du centre de vacances d’un mini studio de tournage et d’un écran de projection. Ainsi les personnes voyaient le dispositif et les films réalisés au fur et à mesure. La décision de participer pouvait venir en voyant les autres.
  • Je proposais à la personne de faire un dessin, ou un schéma, qui représentait pour elle ce qu’est le travail. Ce dessin était filmé en train d’être réalisé.
  • Commencer par le dessin, qui souvent nous emmène à un autre endroit que ce que l’on décide initialement, est une façon de libérer l’imaginaire. Puis, après que le dessin soit fait, je proposais à la personne d’enregistrer sa voix, pour commenter et expliquer le dessin. Et enfin une simple opération de montage pour assembler les deux donnait le film.
  • Les films étaient diffusés au fur et à mesure sur le grand écran. Les personnes voyaient donc rapidement leur film en grand et pouvaient le montrer aux autres, ce qui est très valorisant. Les films étaient aussi déposés au fur et à mesure sur cette mini plateforme vidéo, dont le lien était envoyé par SMS aux participants. Ainsi les films des enfants étaient rapidement partagés avec d’autres membres de la famille hors du centre de vacances par exemple. Cet objet exceptionnel pouvait tout de suite vivre sa vie, sur les réseaux sociaux notamment, construisant ainsi d’autres liens.
  • Ce type d’atelier fonctionne très bien car le dispositif est très simple techniquement, demande peu de temps d’implication aux participants, mais leur permet d’exprimer des sentiments profonds et importants, dans le but de les partager. Le travail, au fond, est plus dans le temps de préparation avant de venir participer à l’atelier, où les idées s’organisent en soi, que dans le temps de réalisation, qui est assez court.
  • Ainsi les enfants, souvent plus prompts que les adultes à ouvrir leur créativité, furent importants pour inviter les adultes à dépasser leurs barrières et à oser venir s’exprimer.
  • Les séances de projection le soir du deuxième jour étaient des moments forts et investis, car ce que chacun a mis en forme de façon intime devient public, et suscite aussi l’introspection de chaque spectateur, donc un débat, parfois long et passionné, à l’issue de la projection.
  • Par ailleurs, grâce à la mini plateforme vidéo, chacun pouvait aussi découvrir les films réalisés dans les autres centres de vacances.
Cet atelier a eu lieu dans six centres de vacances, deux jours par centre. Soixante films ont été réalisés en tout.

La mini plateforme vidéo

Lien direct : https://www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2018/2018_ccas_vous_faites_quoi_dans_la_vie/ (cette mini-plateforme vidéo fonctionne grâce au logiciel libre BL Video CMS que j’ai développé pour ce type d’usage)

Quelques films exemples

thumbnail Benoît Labourdette
Mes rêves
Mes rêves Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances. Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, créative et participative, dans le cadre du programme culturel « Act’éthiques ».

Un atelier créatif engagé

Il s’agissait, sans inscription préalable, de permettre, sur deux jours de présence dans le centre de vacances, à ceux qui le souhaitaient de réaliser des films d’animation « engagés », sur la thématique « Vous faites quoi dans la vie ? », c’est à dire sur la thématique du travail. Enfants, adultes, retraités, membres du personnel... ces moments d’ouverture à l’expression furent l’occasion de riches élaborations et échanges. En effet, à l’issue des deux jours, une soirée de projection était organisée, suivie d’une discussion toujours profonde, pleine d’enjeux humains importants.

Comment réaliser des films de qualité en peu de temps

Le principe d’animation était le suivant :
  • Installation au cœur du centre de vacances d’un mini studio de tournage et d’un écran de projection. Ainsi les personnes voyaient le dispositif et les films réalisés au fur et à mesure. La décision de participer pouvait venir en voyant les autres.
  • Je proposais à la personne de faire un dessin, ou un schéma, qui représentait pour elle ce qu’est le travail. Ce dessin était filmé en train d’être réalisé.
  • Commencer par le dessin, qui souvent nous emmène à un autre endroit que ce que l’on décide initialement, est une façon de libérer l’imaginaire. Puis, après que le dessin soit fait, je proposais à la personne d’enregistrer sa voix, pour commenter et expliquer le dessin. Et enfin une simple opération de montage pour assembler les deux donnait le film.
  • Les films étaient diffusés au fur et à mesure sur le grand écran. Les personnes voyaient donc rapidement leur film en grand et pouvaient le montrer aux autres, ce qui est très valorisant. Les films étaient aussi déposés au fur et à mesure sur cette mini plateforme vidéo, dont le lien était envoyé par SMS aux participants. Ainsi les films des enfants étaient rapidement partagés avec d’autres membres de la famille hors du centre de vacances par exemple. Cet objet exceptionnel pouvait tout de suite vivre sa vie, sur les réseaux sociaux notamment, construisant ainsi d’autres liens.
  • Ce type d’atelier fonctionne très bien car le dispositif est très simple techniquement, demande peu de temps d’implication aux participants, mais leur permet d’exprimer des sentiments profonds et importants, dans le but de les partager. Le travail, au fond, est plus dans le temps de préparation avant de venir participer à l’atelier, où les idées s’organisent en soi, que dans le temps de réalisation, qui est assez court.
  • Ainsi les enfants, souvent plus prompts que les adultes à ouvrir leur créativité, furent importants pour inviter les adultes à dépasser leurs barrières et à oser venir s’exprimer.
  • Les séances de projection le soir du deuxième jour étaient des moments forts et investis, car ce que chacun a mis en forme de façon intime devient public, et suscite aussi l’introspection de chaque spectateur, donc un débat, parfois long et passionné, à l’issue de la projection.
  • Par ailleurs, grâce à la mini plateforme vidéo, chacun pouvait aussi découvrir les films réalisés dans les autres centres de vacances.
Cet atelier a eu lieu dans six centres de vacances, deux jours par centre. Soixante films ont été réalisés en tout.

La mini plateforme vidéo

Lien direct : https://www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2018/2018_ccas_vous_faites_quoi_dans_la_vie/ (cette mini-plateforme vidéo fonctionne grâce au logiciel libre BL Video CMS que j’ai développé pour ce type d’usage)

Quelques films exemples

thumbnail Benoît Labourdette
Trabajar es viajar
Trabajar es viajar Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances. Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, créative et participative, dans le cadre du programme culturel « Act’éthiques ».

Un atelier créatif engagé

Il s’agissait, sans inscription préalable, de permettre, sur deux jours de présence dans le centre de vacances, à ceux qui le souhaitaient de réaliser des films d’animation « engagés », sur la thématique « Vous faites quoi dans la vie ? », c’est à dire sur la thématique du travail. Enfants, adultes, retraités, membres du personnel... ces moments d’ouverture à l’expression furent l’occasion de riches élaborations et échanges. En effet, à l’issue des deux jours, une soirée de projection était organisée, suivie d’une discussion toujours profonde, pleine d’enjeux humains importants.

Comment réaliser des films de qualité en peu de temps

Le principe d’animation était le suivant :
  • Installation au cœur du centre de vacances d’un mini studio de tournage et d’un écran de projection. Ainsi les personnes voyaient le dispositif et les films réalisés au fur et à mesure. La décision de participer pouvait venir en voyant les autres.
  • Je proposais à la personne de faire un dessin, ou un schéma, qui représentait pour elle ce qu’est le travail. Ce dessin était filmé en train d’être réalisé.
  • Commencer par le dessin, qui souvent nous emmène à un autre endroit que ce que l’on décide initialement, est une façon de libérer l’imaginaire. Puis, après que le dessin soit fait, je proposais à la personne d’enregistrer sa voix, pour commenter et expliquer le dessin. Et enfin une simple opération de montage pour assembler les deux donnait le film.
  • Les films étaient diffusés au fur et à mesure sur le grand écran. Les personnes voyaient donc rapidement leur film en grand et pouvaient le montrer aux autres, ce qui est très valorisant. Les films étaient aussi déposés au fur et à mesure sur cette mini plateforme vidéo, dont le lien était envoyé par SMS aux participants. Ainsi les films des enfants étaient rapidement partagés avec d’autres membres de la famille hors du centre de vacances par exemple. Cet objet exceptionnel pouvait tout de suite vivre sa vie, sur les réseaux sociaux notamment, construisant ainsi d’autres liens.
  • Ce type d’atelier fonctionne très bien car le dispositif est très simple techniquement, demande peu de temps d’implication aux participants, mais leur permet d’exprimer des sentiments profonds et importants, dans le but de les partager. Le travail, au fond, est plus dans le temps de préparation avant de venir participer à l’atelier, où les idées s’organisent en soi, que dans le temps de réalisation, qui est assez court.
  • Ainsi les enfants, souvent plus prompts que les adultes à ouvrir leur créativité, furent importants pour inviter les adultes à dépasser leurs barrières et à oser venir s’exprimer.
  • Les séances de projection le soir du deuxième jour étaient des moments forts et investis, car ce que chacun a mis en forme de façon intime devient public, et suscite aussi l’introspection de chaque spectateur, donc un débat, parfois long et passionné, à l’issue de la projection.
  • Par ailleurs, grâce à la mini plateforme vidéo, chacun pouvait aussi découvrir les films réalisés dans les autres centres de vacances.
Cet atelier a eu lieu dans six centres de vacances, deux jours par centre. Soixante films ont été réalisés en tout.

La mini plateforme vidéo

Lien direct : https://www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2018/2018_ccas_vous_faites_quoi_dans_la_vie/ (cette mini-plateforme vidéo fonctionne grâce au logiciel libre BL Video CMS que j’ai développé pour ce type d’usage)

Quelques films exemples

thumbnail Benoît Labourdette
Travailler passionnément
Travailler passionnément Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances. Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, créative et participative, dans le cadre du programme culturel « Act’éthiques ».

Un atelier créatif engagé

Il s’agissait, sans inscription préalable, de permettre, sur deux jours de présence dans le centre de vacances, à ceux qui le souhaitaient de réaliser des films d’animation « engagés », sur la thématique « Vous faites quoi dans la vie ? », c’est à dire sur la thématique du travail. Enfants, adultes, retraités, membres du personnel... ces moments d’ouverture à l’expression furent l’occasion de riches élaborations et échanges. En effet, à l’issue des deux jours, une soirée de projection était organisée, suivie d’une discussion toujours profonde, pleine d’enjeux humains importants.

Comment réaliser des films de qualité en peu de temps

Le principe d’animation était le suivant :
  • Installation au cœur du centre de vacances d’un mini studio de tournage et d’un écran de projection. Ainsi les personnes voyaient le dispositif et les films réalisés au fur et à mesure. La décision de participer pouvait venir en voyant les autres.
  • Je proposais à la personne de faire un dessin, ou un schéma, qui représentait pour elle ce qu’est le travail. Ce dessin était filmé en train d’être réalisé.
  • Commencer par le dessin, qui souvent nous emmène à un autre endroit que ce que l’on décide initialement, est une façon de libérer l’imaginaire. Puis, après que le dessin soit fait, je proposais à la personne d’enregistrer sa voix, pour commenter et expliquer le dessin. Et enfin une simple opération de montage pour assembler les deux donnait le film.
  • Les films étaient diffusés au fur et à mesure sur le grand écran. Les personnes voyaient donc rapidement leur film en grand et pouvaient le montrer aux autres, ce qui est très valorisant. Les films étaient aussi déposés au fur et à mesure sur cette mini plateforme vidéo, dont le lien était envoyé par SMS aux participants. Ainsi les films des enfants étaient rapidement partagés avec d’autres membres de la famille hors du centre de vacances par exemple. Cet objet exceptionnel pouvait tout de suite vivre sa vie, sur les réseaux sociaux notamment, construisant ainsi d’autres liens.
  • Ce type d’atelier fonctionne très bien car le dispositif est très simple techniquement, demande peu de temps d’implication aux participants, mais leur permet d’exprimer des sentiments profonds et importants, dans le but de les partager. Le travail, au fond, est plus dans le temps de préparation avant de venir participer à l’atelier, où les idées s’organisent en soi, que dans le temps de réalisation, qui est assez court.
  • Ainsi les enfants, souvent plus prompts que les adultes à ouvrir leur créativité, furent importants pour inviter les adultes à dépasser leurs barrières et à oser venir s’exprimer.
  • Les séances de projection le soir du deuxième jour étaient des moments forts et investis, car ce que chacun a mis en forme de façon intime devient public, et suscite aussi l’introspection de chaque spectateur, donc un débat, parfois long et passionné, à l’issue de la projection.
  • Par ailleurs, grâce à la mini plateforme vidéo, chacun pouvait aussi découvrir les films réalisés dans les autres centres de vacances.
Cet atelier a eu lieu dans six centres de vacances, deux jours par centre. Soixante films ont été réalisés en tout.

La mini plateforme vidéo

Lien direct : https://www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2018/2018_ccas_vous_faites_quoi_dans_la_vie/ (cette mini-plateforme vidéo fonctionne grâce au logiciel libre BL Video CMS que j’ai développé pour ce type d’usage)

Quelques films exemples

thumbnail Benoît Labourdette
Travailler pour rire
Travailler pour rire Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances. Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, créative et participative, dans le cadre du programme culturel « Act’éthiques ».

Un atelier créatif engagé

Il s’agissait, sans inscription préalable, de permettre, sur deux jours de présence dans le centre de vacances, à ceux qui le souhaitaient de réaliser des films d’animation « engagés », sur la thématique « Vous faites quoi dans la vie ? », c’est à dire sur la thématique du travail. Enfants, adultes, retraités, membres du personnel... ces moments d’ouverture à l’expression furent l’occasion de riches élaborations et échanges. En effet, à l’issue des deux jours, une soirée de projection était organisée, suivie d’une discussion toujours profonde, pleine d’enjeux humains importants.

Comment réaliser des films de qualité en peu de temps

Le principe d’animation était le suivant :
  • Installation au cœur du centre de vacances d’un mini studio de tournage et d’un écran de projection. Ainsi les personnes voyaient le dispositif et les films réalisés au fur et à mesure. La décision de participer pouvait venir en voyant les autres.
  • Je proposais à la personne de faire un dessin, ou un schéma, qui représentait pour elle ce qu’est le travail. Ce dessin était filmé en train d’être réalisé.
  • Commencer par le dessin, qui souvent nous emmène à un autre endroit que ce que l’on décide initialement, est une façon de libérer l’imaginaire. Puis, après que le dessin soit fait, je proposais à la personne d’enregistrer sa voix, pour commenter et expliquer le dessin. Et enfin une simple opération de montage pour assembler les deux donnait le film.
  • Les films étaient diffusés au fur et à mesure sur le grand écran. Les personnes voyaient donc rapidement leur film en grand et pouvaient le montrer aux autres, ce qui est très valorisant. Les films étaient aussi déposés au fur et à mesure sur cette mini plateforme vidéo, dont le lien était envoyé par SMS aux participants. Ainsi les films des enfants étaient rapidement partagés avec d’autres membres de la famille hors du centre de vacances par exemple. Cet objet exceptionnel pouvait tout de suite vivre sa vie, sur les réseaux sociaux notamment, construisant ainsi d’autres liens.
  • Ce type d’atelier fonctionne très bien car le dispositif est très simple techniquement, demande peu de temps d’implication aux participants, mais leur permet d’exprimer des sentiments profonds et importants, dans le but de les partager. Le travail, au fond, est plus dans le temps de préparation avant de venir participer à l’atelier, où les idées s’organisent en soi, que dans le temps de réalisation, qui est assez court.
  • Ainsi les enfants, souvent plus prompts que les adultes à ouvrir leur créativité, furent importants pour inviter les adultes à dépasser leurs barrières et à oser venir s’exprimer.
  • Les séances de projection le soir du deuxième jour étaient des moments forts et investis, car ce que chacun a mis en forme de façon intime devient public, et suscite aussi l’introspection de chaque spectateur, donc un débat, parfois long et passionné, à l’issue de la projection.
  • Par ailleurs, grâce à la mini plateforme vidéo, chacun pouvait aussi découvrir les films réalisés dans les autres centres de vacances.
Cet atelier a eu lieu dans six centres de vacances, deux jours par centre. Soixante films ont été réalisés en tout.

La mini plateforme vidéo

Lien direct : https://www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2018/2018_ccas_vous_faites_quoi_dans_la_vie/ (cette mini-plateforme vidéo fonctionne grâce au logiciel libre BL Video CMS que j’ai développé pour ce type d’usage)

Quelques films exemples

thumbnail Benoît Labourdette
Tripalium
Tripalium Des ateliers de réalisation de films dans des centres de vacances. Les centres de vacances CCAS proposent traditionnellement aux vacanciers de nombreuses activités culturelles de qualité. Nous avons proposé pendant l’été 2018 une activité innovante, créative et participative, dans le cadre du programme culturel « Act’éthiques ».

Un atelier créatif engagé

Il s’agissait, sans inscription préalable, de permettre, sur deux jours de présence dans le centre de vacances, à ceux qui le souhaitaient de réaliser des films d’animation « engagés », sur la thématique « Vous faites quoi dans la vie ? », c’est à dire sur la thématique du travail. Enfants, adultes, retraités, membres du personnel... ces moments d’ouverture à l’expression furent l’occasion de riches élaborations et échanges. En effet, à l’issue des deux jours, une soirée de projection était organisée, suivie d’une discussion toujours profonde, pleine d’enjeux humains importants.

Comment réaliser des films de qualité en peu de temps

Le principe d’animation était le suivant :
  • Installation au cœur du centre de vacances d’un mini studio de tournage et d’un écran de projection. Ainsi les personnes voyaient le dispositif et les films réalisés au fur et à mesure. La décision de participer pouvait venir en voyant les autres.
  • Je proposais à la personne de faire un dessin, ou un schéma, qui représentait pour elle ce qu’est le travail. Ce dessin était filmé en train d’être réalisé.
  • Commencer par le dessin, qui souvent nous emmène à un autre endroit que ce que l’on décide initialement, est une façon de libérer l’imaginaire. Puis, après que le dessin soit fait, je proposais à la personne d’enregistrer sa voix, pour commenter et expliquer le dessin. Et enfin une simple opération de montage pour assembler les deux donnait le film.
  • Les films étaient diffusés au fur et à mesure sur le grand écran. Les personnes voyaient donc rapidement leur film en grand et pouvaient le montrer aux autres, ce qui est très valorisant. Les films étaient aussi déposés au fur et à mesure sur cette mini plateforme vidéo, dont le lien était envoyé par SMS aux participants. Ainsi les films des enfants étaient rapidement partagés avec d’autres membres de la famille hors du centre de vacances par exemple. Cet objet exceptionnel pouvait tout de suite vivre sa vie, sur les réseaux sociaux notamment, construisant ainsi d’autres liens.
  • Ce type d’atelier fonctionne très bien car le dispositif est très simple techniquement, demande peu de temps d’implication aux participants, mais leur permet d’exprimer des sentiments profonds et importants, dans le but de les partager. Le travail, au fond, est plus dans le temps de préparation avant de venir participer à l’atelier, où les idées s’organisent en soi, que dans le temps de réalisation, qui est assez court.
  • Ainsi les enfants, souvent plus prompts que les adultes à ouvrir leur créativité, furent importants pour inviter les adultes à dépasser leurs barrières et à oser venir s’exprimer.
  • Les séances de projection le soir du deuxième jour étaient des moments forts et investis, car ce que chacun a mis en forme de façon intime devient public, et suscite aussi l’introspection de chaque spectateur, donc un débat, parfois long et passionné, à l’issue de la projection.
  • Par ailleurs, grâce à la mini plateforme vidéo, chacun pouvait aussi découvrir les films réalisés dans les autres centres de vacances.
Cet atelier a eu lieu dans six centres de vacances, deux jours par centre. Soixante films ont été réalisés en tout.

La mini plateforme vidéo

Lien direct : https://www.benoitlabourdette.com/_docs/projets/2018/2018_ccas_vous_faites_quoi_dans_la_vie/ (cette mini-plateforme vidéo fonctionne grâce au logiciel libre BL Video CMS que j’ai développé pour ce type d’usage)

Quelques films exemples

thumbnail Benoît Labourdette
Téléchargement
Portfolio